Poster un commentaire

A quoi reconnaître un bon manager ?

A quoi peut-on reconnaître un bon manager ?

Un ancien Président d’AVIS, R.Townsend, recommandait cette petite méthode chiffrée pour juger des qualités de son boss. Il suffit de noter de 0 à 10 pour chacune des rubriques et de faire le total.

Mon boss est

1. …disponible.
Chaque fois que je bute sur un problème insoluble, il est là. Il m’encourage néanmoins à faire le maximum pour lui apporter des solutions plutôt que des problèmes…
2. …d’esprit ouvert.
Il me communique volontiers des informations ou me met en contact avec des gens qui présentent pour moi un intérêt professionnel à plus ou moins long terme…
3. …sensible à l’humour.
Conscient des aspects comiques de chaque situation. Avec une tendance à rire encore plus fort quand la plaisanterie se fait à ses dépens…
4. …loyal.
Désireux de me voir réussir ce que j’entreprends. Toujours prêt à saluer mes succès, mais aussi à me rappeler mes engagements…
5….décidé.
Ne diffère jamais les décisions mineures qui bloquent parfois indéfiniment la marche d’une entreprise…
6….modeste.
Reconnaît ouvertement ses erreurs, en tire la leçon, et attend de ses collaborateurs qu’ils en fassent autant…
7. …objectif.
Distingue ce qui n’est important qu’en apparence (une visite de directeur) de ce qui l’est vraiment (une réunion avec ses collaborateurs) et agit en conséquence…
8….ferme.
Il ne permettra pas que les managers de la haute direction ou les personnalités importantes venues de l’extérieur fassent perdre leur temps à ses collaborateurs. Il est encore plus avare du temps de ses hommes que du sien…
9. …efficace.
Il m’encourage à lui parler de mes erreurs, de ce que j’en ai tiré (dans le cas où j’en ai tiré quelque chose), de ce que j’ai fait pour les réparer (dans le cas où j’ai fait quelque chose). Il m’a appris à ne pas le déranger pour lui annoncer d’éventuelles bonnes nouvelles qui n’appellent aucune action ou, aucune décision…
10…patient.
Il sait, quand il le faut, ronger son frein jusqu’à ce que j’aie trouvé la solution à mon propre problème…

Total :…

Au-dessous de 50, R.Townsend recommandait :  » cherchez-vous immédiatement un autre patron ! »

Dans un style apparemment décontracté, elles expriment de fortes exigences qui rappellent ce que dit Jack Welsh :

« avant de devenir leader, la réussite consiste à cultiver ses capacités personnelles. Quand on devient leader, elle consiste à aider les autres à se cultiver. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :