Poster un commentaire

Oser la confiance

Tout le monde sait que la confiance est un facteur clé de développement. Pour l’entreprise, la confiance des clients est un bien très précieux et fragile, facteur décisif de fidélité… Pour une équipe de travail, la confiance facilite les échanges, libère l’énergie et accélère les progrès… De façon plus large, la confiance est cet ingrédient mystérieux qui féconde les relations de travail et permet de manager « lean »… Plus il y en a, plus l’entreprise peut simplifier son fonctionnement et orienter l’énergie de son personnel vers la recherche de la performance commune.

Question pratique : comment faire confiance ? Le bon sens et l’expérience commune enseignent que la confiance se mérite : on ne peut accorder sa confiance les yeux fermés… Il faut démontrer sa fiabilité pour être reconnu « digne de confiance ». Il faudrait donc du temps, de la prudence, du contrôle et de la patience pour faire grandir cette qualité de relation si désirable.

En sens inverse, faudrait-il être complètement irréaliste pour décréter la confiance ? « Oser la confiance » apporte des réponses passionnantes à cette question. L’expérience fameuse conduite par Bertrand Martin chez Sulzer est la base d’un des meilleurs livres de management de ces dernières années.

 

oserlaconfiance

La confiance y apparaît comme une sorte de pierre philosophale*. Mais à la différence du rêve des alchimistes, l’approche originale de Bertrand Martin a été pleinement couronnée de succès. Il faut lire et relire ce témoignage irremplaçable de l’histoire réussie d’un redressement d’entreprise a priori impossible.

Comme dans toute histoire, les lectures peuvent être variées. A juste titre, les auteurs ne prétendent pas proposer de modèle universel. Mais l’expérience décrite est un puissant stimulant pour une réflexion approfondie sur les fondamentaux du management. Pour l’exemple, retenons les deux points suivants :

1 – « …Il n’y a pas à se soucier de l’énergie, elle est toujours considérable. Seules comptent les conditions de sa libération. Et ces conditions sont exigeantes.

→ La franchise sur la réalité de la situation
→ L’appel à tous qui reconnaît la valeur de chacun et solidarise l’entreprise
→ L’écoute préalable à toute déclaration pour ouvrir le champ sans limites
→ La liberté jusqu’au bout, sans contrôle, qui responsabilise et permet l’appropriation
→ La confiance jusqu’au bout qui appelle la confiance… »

2 –  » Le fonctionnement rationnel, sûr, mécanique, organisé, contrôlé, avait cédé sa primauté à la logique du vivant, celle de l’envie de faire, de l’enthousiasme… »

Comment unir l’énergie de l’irrationnel à la solidité du rationnel ?
Comment passer de l’entreprise mécanisée à l’entreprise humanisée ?

Bonne lecture !

* substance qui, mise au contact des métaux vils, était supposée les transmuer en or…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :